association Histoire et Patrimoine Secondigny Deux-Sèvres
Les Halles

 Histoire des Halles de Secondigny

Inventaire de 1460

Item audit chasteau  a une halle assise  devant leglise dudit lieu  contenant quatre traverses ou environ et qui valent IX toyses de long et de large III toyses et y faut de réparation  environ pour (-)
Devant l’église existe une halle de 4 travées de 9 toises de long      ( 18.00 ml ) et 4 toises de large ( 8.00 ml )

 

       -  1826 Début de la voirie urbaine et du pavage des rues. 800 francs par an. La rue de la Vendée, retardée par les restes du château, ne sera pavée qu’en 1838.

       - 1829 Le conseil municipal accepte que la route de Niort à Bressuire passe par Secondigny avec la participation financière du Gouvernement.

        -  1832 3 juin, l’état de siège est décrété dans l’ouest du Poitou, après le passage de la duchesse  de Berry venue soulever la Vendée, pour renverser Louis Philippe et placer sur le trône son fils Henri V, duc de Bordeaux. Le soulèvement, peu soutenu par la noblesse, sera vite étouffé, mais dans le nord de la Vendée, les affrontements feront plusieurs centaines de morts.


Cette insurrection larvée a accéléré la décision de la construction en 1832 de la route stratégique de Niort à Angers par Secondigny et Bressuire. Avant cette époque, la route de Secondigny à Champdeniers passait par : le Chef-du-Pont, ® la Chaulerie, ® la Marnière, ® la Tuilerie, ® le Petit Bellevue, en contournant Boissoudan.


Ces travaux sont réalisés, en partie, par l'armée jusqu'en 1835. Un détachement de 62 soldats commandés par 2 officiers s’installe en garnison à Secondigny. C’était l’état-major, du 25ème régiment de ligne chargé, avec ses 385 hommes, de la construction de Secondigny à Bressuire.


Ces travaux qui permettent de donner du travail aux miséreux, entraînent le déplacement des halles (milieu de la route, face à la Caisse d’Epargne) et des 2 champs de foire. La route, autrefois, pour éviter le marécage situé au nord du bourg quittait le bourg par la rue de la Fontaine puis la Vergne, la Bartière, la Prévoisière, etc… La nouvelle route dite « Stratégique » est prévue, droite de Champdeniers à Bressuire.
 

       - 1840, 15 février et 23 nov. Suite au démontage en 1839, des halles situées près du carrefour, la Mairie achète à Mathurin Ricochon :
1°, le terrain compris entre l’ancienne route de Neuvy (Est du champ de foire) et la nouvelle route d’Angers pour y aménager un champ de foire.
2°, à l’ouest de la nouvelle route, le terrain, à l’emplacement du marché aux porcs et du bosquet, pour y construire de nouvelles halles et un local pour la mairie, la justice et l’école.

Les matériaux démontés des anciennes halles sont vendus. Les colonnes en granit avec chapiteaux qui supportaient la charpente sont encore visibles en 1998, sur le balcon au sud de la maison de Madame Texier, au n° 21 rue de la Vendée et chez Monsieur Gruget.
- 1847 Le conseil met en place pour 2.000 francs, des travaux de réparation des chemins de Pougnes, Allonne et Saint-Aubin, le gouvernement alloue 1.000 francs.
Construction des halles ouvertes avec charpente en bois, visibles sur les premières cartes postales, architecte Adolphe Lemblin, prix 12000 francs.

     - 1866 Après 33 ans de délibération, le conseil municipal fixe la date du marché, au deuxième mardi de chaque mois.


     -  1923, 11 novembre, projet de construction d’un marché couvert et d’une salle des fêtes. Le 24 avril, vente publique des matériaux provenant de la démolition des Halles. Sans succès.

    - 1932, construction de la salle des fêtes et des halles (sous la salle des fêtes).

    - 1949, le 5 avril, pour des raisons de sécurité, construction d’un escalier extérieur à la salle des fêtes. Avant cette date l’accès à la salle se faisait par la Mairie.

    -  1959, Construction de « Bains Douches ».


    -  Construction des Halles-Marchés de 600 m2 afin d’abriter les producteurs et acheteurs et de faciliter la présentation des lots de marchandises et volailles.

   - 1991, 13 juin, une majorité du Conseil Municipal vote la démolition des Halles et souhaite faire une salle polyvalente au lac des Effres. M. Pied Maire démissionne avec 5 conseillers, créant une vive polémique de la population dont la majorité  souhaite la mise en conformité des Halles existantes et le fait clairement sentir au vote des municipales partielles de septembre 1991.

+++++++++++++++

Le dimanche 9 mars 2003, le groupe de sonneurs de trompes de chasse « le Rallye Niortais » est venu fêter ses 100 ans d’existence à Secondigny. Après la messe, ils sont venus sous les halles pour un mini concert et un verre de l’amitié. La municipalité en a profité pour faire un dernier adieu aux halles. C’est « Histoire et Patrimoine » qui a dressé un rapide exposé de ces halles au cours des siècles.
 
Les premières traces écrites des halles de Secondigny que nous ayons trouvées, remontent à l’inventaire de 1420.
 Devant l’église il est fait mention d’une halle de 4 travées de 9 toises de long et 4 toises de larges soit 18m. sur 8m..
 Si nous voulons pousser plus loin dans l’histoire, nous remarquons que Secondinius, qui aurait donné Secondignacum le nom de notre ville, était un riche marchand de drap, probablement romain, du sud de la France qui avait installé quelques succursales dans la Gaule. Pourquoi un marchand de draps et de toiles se serait-il installé chez nous ? (Ceci n’est qu’une hypothèse)
N’oublions pas que ce coin de gâtine était particulièrement humide et que la présence de l’eau avait poussé une population agricole, déjà d’une certaine importance, à venir s’y installer. Comme dirait monsieur le Maire : l’eau et Secondigny, quelle histoire !
Avant l’élevage, la première occupation du sol a été la culture de ce qui pouvait venir naturellement dans ses vallons humides ente-autre le lin et le chanvre que ces premiers habitants transformaient souvent eux-mêmes en tissu avant d’être passé au moulin à foulon pour les assouplir et resserrer les fibres.
 Il y avait donc … peut-être déjà des halles en l’an 100 ou 200 dans lesquelles les tisserands et marchands se rencontraient pour échanger leurs marchandises.
 Mais revenons à ce que nous connaissons. De tout temps les halles ont été associées aux commerces, donc aux marchés qui rassemblaient les paysans chaque semaine.
 L’enclos du château créé en 1200 étant trop petit, ces foires se sont portées à l’extérieur des remparts, c’est à dire de chaque coté du pont-levis de la porte nord (actuellement le carrefour des feux). C’est ainsi que naturellement les halles se sont reconstruites à l’extérieur du renclos, le long des douves, au milieu de la route actuelle en face de la Caisse d’Epargne.
 Elles vont y rester jusqu’en 1832, date à laquelle fut décidé la construction de la route Niort – Nantes passant par le bourg de Secondigny.
 La municipalité d’alors achète les prés marécageux à un certain Ricochon, relève d’un bon mètre le terrain en mettant sous aqueduc le ruisseau venant de la Galucherie.
 Les vieilles halles près des feux sont détruites en 1832 pour être reconstruites en 1847 sur l’ancien pré marécageux, en face de la maison actuelle de Marie Thérèse Moulin. Nous voyons ces halles sur les vieilles cartes postales du début du siècle dernier.
  La construction de la mairie se fera en 1858. Suivront les maisons qui bordent la route de Bressuire qui vient d’être créée. Les champs de foire quitteront le haut du bourg pour s’installer prés de la mairie.
  Ce paysage ne changera pas jusqu’à l’après guerre de 14/18. Mais les femmes qui viennent au petit marché se plaignent du froid. En plus les associations locales se développent et demandent une salle de théâtre.
 C’est alors qu’est décidé, d’abord la démolition des halles en bois et en courant d’air en 1923, puis la construction des nouvelles halles en 1932 avec une salle de théâtre au-dessus, la sortie du théâtre se faisant par l’escalier de la mairie.
 Après la guerre de 39/45 la sécurité devient plus exigeante, et les escaliers extérieurs se feront en 1949, avec l’adjonction de la cabine de projection du cinéma dans le fond de la salle.
 Il faudra attendre 1959 pour voir apparaître les cinquièmes halles que nous avons répertoriées. C’était alors l’époque des grands bals qui demandaient nettement plus de place que l’espace situé sous le théâtre pouvait en offrir.
Ce nouveau bâtiment verra défiler les grands orchestres nationaux tel que Jacques Hellian, Verchuren, Yvette Horner, ou les chanteurs Georges Guétary, Johnny Halliday ou Mike Brant, sous l’impulsion du président Jacques Sansillon, puis André Genèt. Il fallait même rajouter des parquets supplémentaires aux portes latérales pour loger les buvettes. La construction de ces halles qui devaient servir autant pour les marchés que pour les grandes manifestations locales, coïncide avec l’arrivée des élevages industriels de volailles et le ramassage direct dans les fermes.
 D’où l’abandon rapide des marchés sous ce bâtiment et du mot « halle » pour celui de « Forum ».
 La suite… vous la connaissez aussi bien que moi.
 La population de Secondigny a fait le choix de maintenir le commerce dans le centre du bourg avec tout le remodelage nécessaire de cette partie vitale du bourg.
 Si vous êtes venus vous asseoir sur les bancs qui entouraient cette salle avec votre « pana » d’œufs, votre motte de beurre ou vos lapins devant vos pieds, vous gardez peut-être le souvenir du garde champêtre venant vous faire payer le droit de plaçage. Personnellement je me souviendrais toujours, vers Pâques, du cri déchirant des jeunes chevreaux …mais qu’est-ce que c’est bon du chevreau Gâtinais avec un peu d’ail et un soupçon de je ne sais quoi !   


 Pierre Julliot  Histoire et Patrimoine

 
Statistiques
OS: Linux p
PHP: 4.4.3-dev
MySQL: 5.0.83
Heure: 05:18
Caching: Disabled
GZIP: Disabled
Membres: 507
Publications: 72
Liens: 6





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

 

Dernières information en date du 10 février 2015.

Les prochaines réunions auront lieu au FOYER (ou chez un membre du bureau), toujours à 14 heures 30, les mardis 10 mars, 31 mars pour avril, 12 mai, 02 juin et le 30 juin pour juillet.

Nous allons programmé une sortie en juin 2015. Confirmation après la réunion du 31 mars.

Nous recherchons toutes photos de classe, des plus anciennes aux plus récentes, de toutes les écoles de Secondigny voire même des communes limitrophes.

Message à transmettre à ceux qui ne vont pas sur le site.

J.B.

Pour vous faciliter dans vos recherches , ou satisfaire votre curiosité, nous modifions ce chapitre en y notifiant systématiquement toutes nouvelles mises à jour ou rajouts.

Vous n'aurez plus à fouiller dans tous les tiroirs pour savoir où se trouvent les dernières rentrées.

 P.J.

Le 06/08/2012:

  • Mise à jour de l'article d'accueil.
  • Ajout article "2012 Journées du patrimoine" dans section "L'association", catégorie "Réunions"

Le 16/02/2012 :

  • Modification page d'acceuil : réunion du 18 mars 2012
  • Ajout article "2012 mars 18 Moulin à tan Le Retail" dans section "L'association", catégorie "Réunions"

 Le 10/12/2011 :

  • Apparition d'une nouvelle "petite histoire" : Vieilles chaussettes
  • Modification du document : Dictionnaire topographique Secondigny 2011
  • Modification du document : Dictionnaire topographique Canton 2011
  • Modification du document : "Moulins du Thouet" devient "Au fil du Thouet"