association Histoire et Patrimoine Secondigny Deux-Sèvres
La forêt

La Forêt de Secondigny

La forêt située à cheval sur Secondigny et la commune du Retail est d’environ 400 hectares. A la lecture des textes anciens, la superficie ne semble pas avoir beaucoup variée depuis les temps les plus anciens, 474 h. en 1779, maintenant 429 hectares.


La forêt est directement rattachée à la Seigneurie de Secondigny. Au XVIIe, Colbert (1619 † 1683), fonde le corps de fonctionnaires forestiers et promulgue le code forestier qui définie les privilèges des seigneurs en respectant le droit d’usage des riverains pour la cueillette et le ramassage de bois mais limitant le pâturage des animaux.


- 1697 août. Suite à la demande du roi, pour les besoins de la construction de la marine à Rochefort, établissement des plans des forêts avec inventaires et mise en place du service des Eaux et Forêts. Trois sergents, gardes forestiers, sont nommés à Secondigny.
Jean Cacault d’une famille de petite noblesse du Bas-Poitou, branche de Parthenay est garde de la forêt de Secondigny. Il sera remplacé dans ses fonctions le 31 août 1716, par François Turpault (Beauchet-Filleau, généalogie Cacault)
La forêt de Secondigny couvrait 350 mareaux de bois. Un mareau = un arpent et demi = ~ 60 ares, soit moins que maintenant en 1997 ~ 370 hectares.


- 1782 Les rouliers transportent au port de Coulon, 298 chênes marqués de l’ancre de la Royale et de la fleur de lys.


Avant 1900, la forêt comptait :


- 25 à 30 bûcherons qui, les étés, étaient scieurs de long. Ces bûcherons vers 1880, se transforment, l’été, en maçons pour construire les maisons bourgeoises existantes, reconnaissables à leurs toits en ardoises.


- 11 cercleurs qui tressent les cercles pour les barriques. Il faut noter que les barriques, en plus de leur utilisation comme tonneaux pour le vin, sont utilisées pour toutes sortes de transports tel que celui du sel ou de la chaux vive.


- 15 fendeurs de lattes pour les toitures et de douelles pour les tonneaux.


- 25 charbonniers qui transportaient eux-mêmes, leur charbon de bois à dos de mulets, pour les bourgeois de Niort.


- 12 sabotiers.


Au XIX° siècle, on abattait chaque année une coupe de 10 hectares. Les « bouillis de noseilles et de charmilles » ainsi que les « suppaïes de chataigna » qui ont poussé pendant 30 ans sont coupées à la cognée. Les gros chênes sont abattus à l’âge de 60 à 120 ans par sciage au « godelon » avec souvent la participation active des femmes.


Les poutres, taillées sur place sont transportées jusqu'à Parthenay et Niort par des « diables » tirés par des mulets et des bardots. Ces derniers, aussi appelés bougres, mi-chevaux, mi-ânesses, plus rustiques, étaient élevés à la ferme de la « Bougrie »


Les plus anciennes familles connues de bûcherons sont : Migeon et Piot. Louis Migeon installe la première scie circulaire en 1930 à la « Menaisière », avant de s’installer à Secondigny, route de Parthenay, prenant la succession de la famille Lussaud qui depuis un siècle s’était spécialisée comme entreprise de battage et de scierie.


Les bois, au nord de la commune, en particulier sur Pougne et Saint-Aubin produisaient au moyen âge des truffes de bonne qualité.
Les bois « de serpe » taillis, têtards de haies ou de bords de rivière se coupaient à 9 ans, parfois à sept ans en terrains humides. Les haies, buissons et châtaigneraies destinées à la vannerie se coupaient à cinq ans. Les derniers loups disparurent vers 1930.


- 1972 l'objectif assigné à la forêt est la production de bois d’œuvre par voie de transformation en futaie résineuse sur 407 hectares et futaie de chêne sur 21 hectares.

Pierre Julliot Histoire et Patrimoine

 
Statistiques
OS: Linux p
PHP: 4.4.3-dev
MySQL: 5.0.83
Heure: 20:59
Caching: Disabled
GZIP: Disabled
Membres: 530
Publications: 72
Liens: 6





Mot de passe oublié ?
Pas encore de compte ? Enregistrez-vous

 

Dernières information en date du 17 novembre 2017.

La prochaine réunion aura lieu au FOYER (ou chez un membre du bureau), toujours à 14 heures 30, le mardi21 novembre.

Nous allons préparer la brochure sur le clocher de l'église de Secondigny. Cette brochure vous sera remise lors de la prochaine assemblée générale en 2018.

Nous recherchons TOUJOURS toutes photos de classe, des plus anciennes aux plus récentes, de toutes les écoles de Secondigny voire même des communes limitrophes.

Message à transmettre à ceux qui ne vont pas sur le site.

J.B.

Pour vous faciliter dans vos recherches , ou satisfaire votre curiosité, nous modifions ce chapitre en y notifiant systématiquement toutes nouvelles mises à jour ou rajouts.

Vous n'aurez plus à fouiller dans tous les tiroirs pour savoir où se trouvent les dernières rentrées.

 P.J.

Le 06/08/2012:

  • Mise à jour de l'article d'accueil.
  • Ajout article "2012 Journées du patrimoine" dans section "L'association", catégorie "Réunions"

Le 16/02/2012 :

  • Modification page d'acceuil : réunion du 18 mars 2012
  • Ajout article "2012 mars 18 Moulin à tan Le Retail" dans section "L'association", catégorie "Réunions"

 Le 10/12/2011 :

  • Apparition d'une nouvelle "petite histoire" : Vieilles chaussettes
  • Modification du document : Dictionnaire topographique Secondigny 2011
  • Modification du document : Dictionnaire topographique Canton 2011
  • Modification du document : "Moulins du Thouet" devient "Au fil du Thouet"